Mouvement Ettajdid حركة التجديد

Accueil > Français > Sélection web > Analyses géopolitiques > Crise mondiale et nouvel internationalisme

Compte rendu des rencontres internationales des 15 et 16 novembre 2008 :

Crise mondiale et nouvel internationalisme

mercredi 19 novembre 2008

Le Premier secrétaire du Mouvement Ettajdid Ahmed Brahim vient de participer le 16 et 17 novembre 2008 à une rencontre internationale organisée à l’initiative du PCF sur le "nouvel internationalisme". Nous reproduisons ici un entretien diffusé par le site du PCF à propos de cette rencontre.

A la fin de l’article, vous pourrez voir la video d’intervention du Premier secrétaire Ahmed Brahim durant cette rencontre.


Ce week-end, le Parti communiste français a tenu une initiative internationale importante. Jacques Fath, responsable de ce secteur pour le PCF, en tire de premiers enseignements.

  • Patrice Falguier : Conformément à la décision de l’assemblée de décembre 2007, le PCF tenait ce week-end une initiative internationale importante. Avec qui ? Et pour quoi faire ?

Jacques Fath : Ce fut une grande initiative, marquante. Un événement dans les relations entre les forces progressistes du monde, et souligné comme tel par l’ensemble des participants. Ces forces se rencontrent souvent, à l’occasion de congrès, d’initiatives diverses, mais cette initiative du PCF d’organiser une rencontre sur l’internationalisme afin de répondre à la question « qu’est-ce qu’on fait ensemble ? » constitue quelque chose d’inédit. Lors de cette initiative, nous avons accueilli 45 délégations et personnalités venues de tous les continents. Tous et toutes ont pu prendre la parole. Trois grandes questions ont été débattues.

En premier lieu l’état du monde et la crise. On a pu constater une sorte de consensus sur la crise qui, de l’avis de tous, est bien celle du système capitaliste et du mode de gestion néolibérale. Consensus aussi sur le fait que le capitalisme atteint des limites aujourd’hui dans ses modes d’exploitation et les politiques de puissances qui vont avec. Il a été souligné combien cette crise va avoir des conséquences dramatiques pour les peuples du Sud et particulièrement l’Afrique. Il y a eu aussi un échange intéressant sur l’incapacité du capitalisme à affronter les problèmes planétaires et les enjeux de civilisation.

Deuxième question : l’alternative. Il a été souligné que nous ne vivons pas la fin de l’histoire mais une époque nouvelle de l’histoire avec un rapport des forces qui bougent, avec des résistances, des luttes qui montent et qu’il est temps de reconstruire une perspective de changement en s’appuyant sur l’opportunité de la période nouvelle.

Enfin, troisièmement, la question qui était initialement au coeur de la rencontre : l’internationalisme.

  • Patrice Falguier : Alors, « construire un nouvel internationalisme » ça veut dire quoi aujourd’hui ?

Jacques Fath : Nous avons abordé la question de plusieurs façons. Certains ont souligné la nécessité de construire un programme complet sur de grandes options politiques et sociales. D’autres ont souligné que l’internationalisme doit se nourrir de questions spécifiques : liberté et démocratie, paix et résistances anti-impérialistes ; les migrations, l’écologie… En fait, nous avons constaté ensemble que c’est bien une globalité de questions qui sont posées. On a aussi discuté de la terminologie et des concepts car l’internationalisme et la solidarité ne peuvent plus être pensés comme durant la deuxième moitié du XXe siècle. Enfin, on a réfléchi aux formes et à la concrétisation de ce nouvel internationalisme. Une question qui n’est pas simple car nous ne voulons pas de structures mais des politiques et des pratiques nouvelles. L’esprit général a été celui de l’ambition d’une construction collective et la question de « comment continuer ? » a été fortement posée.

Patrice Falguier :Quelles suites comptez-vous donner à cette rencontre ?

Jacques Fath : Je crois qu’un élan est donné. Une nouvelle rencontre est prévue à Belém à l’occasion du Forum social mondial pour les forces qui y seront présentes. L’idée d’un site Internet commun - ou d’un lien sur le site du PCF - a été avancée. Naturellement il a été noté que les élections européennes de 2009 constitueront un moment fort dans la construction d’un front européen progressiste. Il est clair que la crise - nous étions réunis au moment du G20 - conduit l’ensemble des progressistes, des communistes, des forces sociales et politiques de gauche qui veulent réellement changer les choses, au besoin de réflexions et de solutions communes. Il y aura donc d’autres lieux et d’autres moments de rencontres de ce type. Nous avons réussi un premier pas.

Entretien réalisé par Patrice Falguier

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose