Mouvement Ettajdid حركة التجديد

Accueil > Français > Activités du Mouvement > Une nouvelle entité politique : « Alliance pour la citoyenneté et l’égalité (...)

Projet de plateforme :

Une nouvelle entité politique : « Alliance pour la citoyenneté et l’égalité »

samedi 12 juin 2010

« Alliance pour la citoyenneté et l’égalité »

(Projet de plateforme)

Tunis, le 10 juin 2010

La Tunisie vit une situation politique caractérisée par un très grand verrouillage, qui freine les énergies du pays et réduit ses capacités à affronter les difficultés économiques et sociales grandissantes qui ont touché les salariés et les personnes défavorisées, sans épargner le climat des affaires et les investisseurs.

Ces situations, où s’entremêlent plusieurs facteurs, influences et dimensions, constituent d’énormes défis qui exigent des Tunisiennes et des Tunisiens une action efficace afin de dépasser les obstacles et de relever les défis. La domination du pouvoir sur la société et l’hégémonie du parti au pouvoir sur la vie politique viennent en tête de ces obstacles, alors que l’opposition demeure limitée dans ses capacités à cause des entraves et des restrictions imposées à ses activités. Il en est de même pour la participation citoyenne à la vie publique, qui demeure faible. Il en est résulté un recul du sentiment de citoyenneté et le blocage du processus de la réforme politique promise par le pouvoir dès son avènement, en 1987.

Les partenaires politiques signataires de la présente déclaration, qui mènent une lutte commune pour la liberté, la démocratie et la justice sociale, expriment leur profonde inquiétude au sujet des conséquences de cette dangereuse fermeture, et leur volonté inébranlable de tirer profit des expériences passées de travail en commun. Ils réaffirment leur détermination constante à relever les capacités de l’opposition et à développer son action pour qu’elle puisse avoir un rôle agissant à cette étape délicate de la vie du pays, rendue encore plus délicate par les complications relatives à la problématique de l’alternance au pouvoir aux échéances des présidentielles de 2014, les interrogations qu’elle soulève et les solutions et traitements urgents qu’elle exige.

Ces partenaires politiques se sont rencontrés à l’occasion des dernières élections d’octobre 2009, à travers leur soutien à la candidature d’Ahmed Brahim aux élections présidentielles, la solidarité entre leurs listes aux élections législatives et leur soutien commun aux listes indépendantes pour la citoyenneté aux élections municipales de 2010.

Ils enregistrent positivement leur participation à ces élections, en dépit de la partialité de l’administration et de son parti pris pour le parti au pouvoir et ses alliés, et en dépit de l’invalidation de la plupart des listes de l’opposition démocratique et des entraves imposées à sa liberté de mouvement, ce qui a fait perdre sa crédibilité au scrutin et rendu impossible la concrétisation du pluralisme et la compétition électorale.

Ces partenaires politiques considèrent que les dénominateurs communs entre eux constituent une base pour une action politique fructueuse, répondant au besoin de réforme du pays, aux attentes des citoyens et permettant à l’opposition démocratique de dépasser son émiettement, de se développer et de gagner en efficience, en se fondant sur des valeurs communes susceptibles de renforcer la cohésion de la société, de concrétiser sa solidarité et de garantir l’indépendance du pays et l’autonomie de sa décision.

Parmi les principales valeurs communes figurent :

  • l’attachement au régime républicain démocratique et à ses principes, basés sur la citoyenneté en tant que fondement de l’appartenance à la patrie, le renoncement au recours à la violence et le respect du principe de l’alternance au pouvoir par le biais d’élections libres et honnêtes ;
  • la concrétisation de l’inviolabilité et de la prééminence de la Constitution et la nécessité de la faire évoluer afin de garantir la limitation de l’autorité du pouvoir en place et sa reddition des comptes ;
  • la garantie du droit des citoyens à l’exercice de leurs libertés publiques et individuelles, de la liberté de conscience et d’exercice des cultes religieux ;
  • la mise en pratique des principes et des critères des droits de l’homme tels que consignés dans les chartes, traités et accords internationaux, et notamment le principe de l’égalité entière entre tous les citoyens et entre les sexes ;
  • L’appréhension de l’identité nationale de la Tunisie, dans toutes ses dimensions, ainsi que son appartenance arabo-musulmane, comme étant un dénominateur commun au peuple tunisien, en continuité avec les aspects éclairés de notre patrimoine et dans l’ouverture sur le patrimoine émancipateur de l’humanité, qui constituent pour nous un choix civilisationnel constant ;
  • la concrétisation des principes d’honnêteté et de transparence dans la gestion des finances publiques et l’activation des mécanismes de redevabilité et de contrôle ;
  • la dynamisation du rôle de l’Etat dans la réussite du processus de développement, de réalisation de la justice sociale et de l’égalité des chances et de l’équilibre régional, la consécration du droit au travail, la garantie d’une vie digne à tous et l’action pour un environnement sain et un développement permanent ;
  • l’action soutenue pour l’accélération du processus de construction de l’Union Maghrébine en tant que choix stratégique ;
  • le renforcement de la coopération avec les pays frères et amis, la promotion du partenariat avec l’Union Européenne sur la base de l’égalité et des valeurs et intérêts communs, afin de faciliter les échanges entre les peuples et de garantir la liberté de circulation des personnes.
  • la promotion de la paix mondiale et l’opposition à toutes les tendances racistes, aux guerres coloniales et d’agression et le soutien aux causes de libération nationale et sociale de par le monde, principalement la cause palestinienne et la lutte du peuple irakien pour le recouvrement de sa souveraineté et la consécration de son unité nationale ;

* Considérant les objectifs communs qui les rassemblent, au premier rang desquels figure la nécessité de réformer le système politique dans notre pays dans le sens de la promotion des institutions de contrôle et des lois régissant la vie publique, les mécanismes d’interpellation et l’indépendance de la justice, afin d’assurer la séparation et l’équilibre entre les pouvoirs, de garantir les droits des citoyens, d’instituer l’Etat de droit, de consolider le pluralisme inscrit dans la constitution et sa mise en pratique dans la sphère politique et médiatique.

* Convaincus de l’importance de la participation libre des Tunisiens et des Tunisiennes, de l’instauration d’un climat de compétition et non d’hostilité, et du rôle d’un débat national sérieux en tant que mécanisme susceptible de traiter les grands problèmes nationaux sans exclusive, afin d’initier un processus de réforme, du système politique actuel,

* Considérant la similitude des approches politiques des différentes composantes, caractérisées par la souplesse dans la démarche, le refus des tensions inutiles et de l’instrumentalisation de la religion dans les luttes politiques, l’engagement à éloigner la question de l’identité de la sphère des surenchères politiques, leur attachement aux principes de l’indépendance de leur décision politique et au respect des institutions de l’Etat,

* Convaincus de la nécessité du respect mutuel entre toutes les forces politiques, quelles que soient leurs divergences concernant leurs visions ou leurs positions, l’importance de bâtir sur tout ce qui est commun sans occulter les différences, et de l’adoption d’une approche efficace à même de dépasser les écueils sur la voie du changement démocratique pacifique,

Les partenaires, après une série de réunions et de débats politiques, annoncent la constitution d’une alliance politique entre le « Mouvement Ettajdid », le « Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés », le « Parti du Travail patriotique et démocratique », le « Courant pour la Réforme et le Développement » et des militants indépendants, dénommée : « Alliance pour la Citoyenneté et l’égalité ». Elle se donne pour objectifs de promouvoir leur action politique en tant qu’opposition sérieuse et indépendante, en vue de se préparer à toutes les prochaines échéances politiques et d’inaugurer une nouvelle étape de l’action commune, visant à renforcer ses capacités, garantir son efficacité et son ouverture, et ce en animant l’espace citoyen, en développant la participation libre, en promouvant la scène politique, en ouvrant de larges horizons aux générations futures, en œuvrant pour que les élections soient libres, honnêtes et transparentes et servent d’outil de rénovation des institutions de concrétisation du changement démocratique et d’institutionnalisation de la légitimité du pouvoir.

Tout en exprimant leur adhésion indéfectible aux principes et objectifs qui y sont consignés, leur résolution à lutter pour leur concrétisation et leur attachement à ce que l’action commune s’appuie sur une éthique qui lui assure le succès, la pérennité, et la capitalisation des acquis, une éthique fondée sur les valeurs de sincérité, de franchise et de solidarité, les partenaires politiques signataires de cette déclaration affirment que leur alliance reste ouverte et pourrait s’élargir à toutes les compétences nationales et sensibilités intellectuelles et politiques avec lesquelles elle partage les mêmes principes et objectifs et la même démarche politique pour le bien de la Tunisie, dans l’intérêt de ses filles et de ses fils et de leurs droits à la liberté, à l’égalité et au progrès.

Les Tunisiennes et les Tunisiens sont dignes d’une vie politique évoluée. Ils sont appelés à continuer la lutte pour sa concrétisation afin de permettre à la société civile de jouer son rôle dans l’affermissement de la fierté d’appartenance à la patrie, le relèvement de son rang, l’encouragement de l’initiative et de la créativité, et la réalisation d’un développement qui touche à tous les aspects de la vie, repose sur la liberté, l’égalité et les droits et qui prend en considération les aspirations des Tunisiennes et des Tunisiens, notamment les jeunes d’entre eux, à affirmer leur personnalité, à concrétiser leur citoyenneté et à être confiants dans leur avenir.

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose